Couverts en bois, pailles en papier et couvercles recyclables: les géants de la restauration rapide essaient des emballages durables

Source: https://winnipeg.ctvnews.ca By Aleksandra Sagan, The Canadian Press
Temps: 2019-07-12
Résumé: Deux restaurants McDonald's Canada seront bientôt des bancs d'essai pour les initiatives d'emballage écologiques de la société, proposant des couverts en bois, des pailles en papier et d'autres emballages respectueux du recyclage.

La société a annoncé mercredi qu’elle exploiterait un site à Vancouver et un autre à London, en Ontario.

Alors que les deux sites continueront à utiliser une grande partie du même emballage que dans d'autres restaurants McDonald's, ils testeront également des solutions de remplacement. Cet été, les convives verront des couverts en bois, des bâtonnets et des pailles en papier, ainsi que leurs boissons fraîches dans une tasse sans revêtement plastique et avec des couvercles en fibre de bois.

Cela fait partie de l'engagement de la société de se procurer tous ses emballages invités auprès de sources "renouvelables, recyclées ou certifiées" et de les recycler dans chacun de ses restaurants d'ici 2025.

McDonald's n'est pas la seule entreprise à commencer à introduire des emballages plus écologiques.

La chaîne de burger A & W a remplacé les pailles en plastique par des pailles compostables dans ses restaurants plus tôt cette année.

Tim Hortons a présenté un nouveau couvercle qui est recyclable à 100%, a déclaré la porte-parole Jane Almeida dans un courrier électronique, ajoutant qu'il serait déployé à l'échelle nationale d'ici la fin de l'été. La société teste également des pailles en papier et déploie des bâtons en bois. Elle a annoncé un effort de marketing de 10 ans visant à vendre aux consommateurs les mérites des gobelets réutilisables.

Starbucks envisage d'éliminer les pailles en plastique au niveau mondial d'ici à 2020, selon un communiqué par courrier électronique qui décrit également les autres initiatives de la société, notamment le financement d'un concours pour développer un gobelet en papier compostable et un projet pilote de remplacement d'une tasse plus écologique à Vancouver.

Bon nombre de ces promesses sont au départ des tests, mais leur mise en œuvre à l'échelle nationale peut prendre beaucoup de temps.

McDonald's a choisi de commencer à tester dans deux restaurants pour lui permettre d'être plus agile et d'essayer de nouvelles choses plus rapidement que s'il essayait la même chose dans ses plus de 1 400 restaurants au Canada, a déclaré Dick.

Cela permet à l'entreprise de les tester du point de vue de la sécurité et de la qualité des aliments, par exemple si les consommateurs approuvent le sentiment de boire à partir d'un couvercle en fibre de bois.

Il y a des considérations pratiques, a-t-il déclaré, comme le fait qu'il est plus facile d'envoyer de nouveaux articles à deux restaurants plutôt qu'à 1 400.

Il est trop tôt pour dire combien de temps il faudra pour augmenter les tests, a-t-il déclaré, mais si la réaction est positive, la société collaborera avec le fournisseur pour ajouter progressivement plus de restaurants.

"Cela donne également au fournisseur et à l'industrie un peu de temps pour se rattraper."

Un autre facteur est le coût, a déclaré Tony Walker, professeur adjoint à l'Université Dalhousie, qui étudie la pollution par les plastiques.

Les restaurants luttent avec des marges bénéficiaires serrées et la concurrence est féroce, a-t-il déclaré, ajoutant que les consommateurs ne veulent pas payer plus cher pour les alternatives vertes, même s'ils soutiennent leur utilisation. Selon une étude récente qu'il a menée, les Canadiens ne seraient pas disposés à payer plus de 2,5% de plus.

"Donc, je suis sûr que les coûts d’emballage doivent être extrêmement bas, sinon ils ne pourront pas lancer une alternative."

Il y a aussi la crainte que des initiatives se retournent contre nous, a-t-il déclaré, et un impact catastrophique sur le cours des actions s'il s'agit d'une société ouverte.

"Personne ne veut s'engager de manière excessive dans une stratégie qui pourrait ne pas fonctionner", a-t-il déclaré, expliquant qu'il est préférable de commencer modestement.

Ce que Vito Buonsante souhaite voir à la place de ces petits changements, c’est un changement du modèle commercial fondamental qui consiste à jeter les emballages.

Les restaurants devraient se concentrer davantage sur la réduction des déchets et la réutilisation des équipements, a déclaré le responsable du programme plastiques chez Environmental Defence, une organisation de défense des droits qui lutte pour une réduction des déchets plastiques. Un exemple de ceci serait A & W, qui sert une grande partie de ses repas dans des assiettes en céramique et dans des tasses en verre.

En ce qui concerne le troisième R - le recyclage, il a déclaré qu'ils devaient s'assurer que leurs produits étaient effectivement recyclables dans toutes les juridictions du Canada, ce qui nécessitait davantage de transparence.

"Sinon, ça n'a pas de sens."